Gravir les échelons du slalom et traverser l’Europe dans une caravane

Juil
11
Non classifié(e)
Posted By: Canoe Kayak Canada

Ben Hayward connaît une saison du tonnerre. L’athlète de slalom de 24 ans d’Edmonton a réalisé toute une première dans la finale de la Coupe du monde en terminant, coup sur coup, 7e et 9e dans l’épreuve hommes K1. Le Canada n’a pas réussi un tel exploit en slalom depuis plusieurs années et Hayward a établi son plan pour un succès international. En plus de faire tourner les têtes sur la scène du slalom, il a aussi fait tourner quelques têtes sur la route avec un camion converti en caravane, en utilisant ses habiletés architecturales; il voulait vivre et s’entraîner en Europe. Il a lancé un nouveau site et une campagne de levée de fonds pour amener des supporteurs canadiens et internationaux dans son voyage tout en étant à la recherche d’une place sur le podium mondial et sur l’équipe olympique canadienne de 2016. Voici Ben avec quelques commentaires sur ses récents succès et aventures.   

De quelle façon cette année a été différente des années précédentes en ce qui concerne l’entraînement et la compétition?Hayward interview  

Cette année, j’ai débuté la saison en étant nerveux au sujet des essais de l’équipe nationale parce que je n’avais pas eu la chance de participer à aucun événement d’échauffement. J’ai connu un excellent camp aux Émirats cette année mais j’ai dû passer beaucoup de temps à l’université. Je crois que presque tout mon succès est dû au fait que mon corps ne me fait plus souffrir et je le dois à l’aide reçu de Shemia Audet au Motion Works Physiotherapy. 

Qu’avez-vous ressenti en attaquant la finale de la Coupe du monde deux semaines de suite et qu’est-ce que ça prend pour y arriver?

L’expérience fut irréelle. Je savais que j’avais le potentiel pour y arriver l’année dernière et c’était amusant de concourir selon mon potentiel et de le faire deux fois. À part de ne pas être blessé cette année, je pense que les courses se sont bien déroulées, et ce, dû à une nouvelle préparation psychologique que j’ai essayée cette année. Je me suis senti plus déterminé et calme sur l’eau, plus que jamais je ne l’ai été.

Parlez-nous de votre plan pour les succès vous conduisant vers 2016.

Je suis vraiment enthousiaste pour les deux prochaines années car j’ai eu l’occasion d’être un athlète à temps plein. Je vais vivre dans ma caravane en Europe pour la majeure partie de ces deux années. Cela me permettra une entière liberté de voyager vers les meilleurs sites d’entraînement, et ce, avec les meilleurs pagayeurs mondiaux; j’aurai aussi beaucoup d’expérience de course.

VanStarter.com – Building a Hobbit Van from Ben Hayward on Vimeo.

Ainsi, quand avez-vous eu l’idée pour le VanStarter?

J’ai vu le drôle de succès que beaucoup d’autres athlètes ont eu avec ces levées de fonds “kickstarter” en ligne. J’ai réellement voulu avoir la mienne mais je ne voulais pas perdre le 8 à 15% que les athlètes paient généralement pour avoir leur campagne tenue sur des sites établis. En bâtissant mon propre site, j’ai dû payer seulement 3% à PayPal et j’ai pu utiliser ces gains pour m’offrir des avantages de qualité, ce que les gens désirent présentement.

Quel a été le plus grand défi que vous avez dû surmonter pour mettre ce projet en route?

Avant de m’envoler vers Cardiff pour bâtir la camionnette, j’avais une expérience très limitée en construction, en création de site internet, en cinématographie et montage vidéo. Le dernier mois et demi a été assez intense pour apprendre toutes ces compétences et les appliquer immédiatement. Beaucoup de défis sont à venir et je dois apprendre les bases d’un décorateur d’intérieur, d’électricien, de mécanicien et d’être mon propre agent sportif pour organiser tout cela. C’est vraiment tout un parcours! 

Qu’a semblé être la réaction à la caravane et vos efforts pour la levée de fonds?

La réception a été plus encourageante que j’aurais pu possiblement l’imaginer. Je suis encore stupéfait de voir comment les gens ont reçu ce projet et m’ont supporté avec presque le 1/3 de l’objectif atteint de ma campagne de levée fonds durant les 10 premiers jours. La réponse a aussi été fantastique en Europe. Chaque personne tourne la tête en me voyant passer et il y avait toujours quelqu’un pour me demander comment j’y étais arrivé. Cela a aussi inspiré une de mes idoles pagayeurs; Daniele Molmenti m’a donné un matelas et quelques armoires parce qu’il a adoré mon idée. Je suis incroyablement reconnaissant de tout le support reçu pour la levée de fonds de ce projet et aussi pour pour tous ceux qui m’ont aidé dans cette histoire.

La scène de ce poisson dans votre film promotionnel a été un chef-d’oeuvre cinématographique. Derrière ces scènes, que pensez-vous partager avec nous sur ce film et avez-vous quelques conseils à donner aux athlètes qui pourraient avoir la même idée ?

C’est magnifique de l’entendre! L’idée m’est venue lorsque j’ai essayé de bâtir une courte vidéo qui avait la possibilité de devenir virale. Je voulais qu’elle soit amusante et incroyable afin que les gens veuillent la regarder plusieurs fois et la partager avec des amis. J’ai reçu de l’aide pour la scène des poissons de la part de mon amie, Katleyn Dorothy Mann, qui est une productrice de films vivant à Vancouver. En compagnie d’un autre caméraman, nous sommes allés à Rutherford Creek où nous avons filmé la pièce en conjonction avec une vidéo promotionnelle différente que nous étions à produire sur l’eau vive. Ce fut très amusant de le faire et j’encouragerais d’autres athlètes à être aussi créatifs qu’ils le peuvent lorsqu’il est temps de se publiciser. Je crois que les gens peuvent devenir assez inspirés en voyant quelque chose qu’ils n’ont jamais vu auparavant ou qu’ils n’auraient crû être possible.

Hayward et ses co-équipiers Canadiens seront de retour à la compétition internationale au début du mois d’août, avec les Coupes du monde 4 et 5 en Espagne et en Allemagne, avant de venir en Amérique du Nord pour les Championnats mondiaux à Maryland E.-U. en septembre. Pour plus de détails aller sur : competition calendar.